L’Assemblée

 

un film de Mariana Otero

Pourquoi le film L’Assemblée ?

31 mars 2016, place de la République à Paris naît le mouvement Nuit debout. Pendant plus de trois mois, des gens venus de tous horizons s’essayent avec passion à l’invention d’une nouvelle forme de démocratie.  Comment parler ensemble sans parler d’une seule voix ?  Le film l’Assemblée sortira sur vos écrans le 18 octobre dans toute la France.

L’Assemblée

un film de Mariana Otero

Pourquoi le film l’Assemblée ?

Le 31 mars 2016, place de la République à Paris naît le mouvement Nuit debout. Pendant plus de trois mois, des gens venus de tous horizons s’essayent avec passion à l’invention d’une nouvelle forme de démocratie.  Comment parler ensemble sans parler d’une seule voix ?

Les  débats en province et périphérie

Retrouvez ici tous les débats organisés  après la projection du film L’Assemblée : 

Mardi 28 novembre à 14h :
À l’Ecran de Saint-Denis
En présence de Mariana Otero

Mardi 28 novembre à 20h :
Au Plazza Victor Hugo de Besançon,
en partenariat avec ATTAC

Dimanche 3  décembre à 15h  :
Au Casino de Clamecy,
dans le cadre du Festival Resistances d’Hier et d’Aujourd’hui

En présence de Mariana Otero

Mardi 5 décembre à 20h  :
Au Forum de Chambéry
En présence de Mariana Oter

Dimanche 10 décembre à 11h :
À L’Escurial à Paris

En présence de Mariana Oter

Lundi 11 décembre à 20h :
Au Cap Cinéma de Périgueux

En présence de Mariana Otero

Après le 22 novembre

Mercredi 22 novembre à 20h30
au Pestel de Die,
en présence de Mariana Otero et Aurélien Lévêque

Mercredi 23 novembre à 10h :
Au Cyrano de Montgeron
séance scolaire ouverte au public,
animée par Jean-Louis Gonnet, cinéaste membre de l’ACID

Mardi 28 novembre à 14h :
À l’Ecran de Saint-Denis
En présence de Mariana Otero

Mardi 28 novembre à 20h :
Au Plazza Victor Hugo de Besançon,
en partenariat avec ATTAC

Dimanche 3  décembre à 15h  :
Au Casino de Clamecy, dans le cadre du Festival Resistances d’Hier et d’Aujourd’hui

En présence de Mariana Otero

Mardi 5 décembre à 20h  :
Au Forum de Chambéry
En présence de Mariana Oter

Dimanche 10 décembre à 11h :
À L’Escurial à Paris

En présence de Mariana Oter

Lundi 11 décembre à 20h :
Au Cap Cinéma de Périgueux

En présence de Mariana Otero

Mardi 12 décembre (horaire de la séance à préciser) :
Au Lux de Cadillac
En présence de Mariana Otero

Mardi 12 décembre à 20h :
Au Rex de La Réole

En présence de Mariana Otero

Mercredi 13 décembre à 20h :
Au Plaza de Marmande
En présence de Mariana Otero

Vendredi 15 décembre à 20h :
Aux Trois Cinés de Vitry-sur-Seine

En présence de Mariana Otero

Jeudi 18 janvier (horaire de la séance à préciser) :
Au Cinéma Chaplin de Paris
En présence de Mariana Otero

À partir du 12 décembre

Mardi 12 décembre (horaire de la séance à préciser) :
Au Lux de Cadillac
En présence de Mariana Otero

Mardi 12 décembre à 20h :
Au Rex de La Réole

En présence de Mariana Otero

Mercredi 13 décembre à 20h :
Au Plaza de Marmande
En présence de Mariana Otero

Vendredi 15 décembre à 20h :
Aux Trois Cinés de Vitry-sur-Seine

En présence de Mariana Otero

Jeudi 18 janvier (horaire de la séance à préciser) :
Au Cinéma Chaplin de Paris
En présence de Mariana Otero

Synopsis

Pourquoi  L’Assemblée ?

Le 31 mars 2016, place de la République à Paris naît le mouvement Nuit debout. Pendant plus de trois mois, des gens venus de tous horizons s’essayent avec passion à l’invention d’une nouvelle forme de démocratie.  Comment parler ensemble sans parler d’une seule voix ?

 

 

In English

Why make a film like L’Assemblée ?

On March 31st 2016, place of the Republique in Paris, the movement Nuit Debout was born. For more than three months, people from different backgrounds passionately work on inventing a new kind of democracy.
How to speak together without speaking with only one voice?   

 

Genèse du film 

Présente comme citoyenne dès les prémisses de Nuit debout, je n’ai pas résisté le 1er avril 2016 – 32 mars selon le calendrier Nuit debout –  à prendre une caméra. Il n’y a rien à faire, mon rapport au monde passe par le fait de le filmer. Je ne savais pas ce qui était en train de se passer sur cette place de la République mais je comprenais que c’était extraordinaire et méritait d’être raconté, autrement et indépendamment des médias qui n’en retenaient souvent que le plus spectaculaire. Très vite, j’ai pensé que pour raconter Nuit debout, il fallait laisser du temps au temps et venir tous les jours sur la place. Forcément, il n’y aurait pas de projet écrit au préalable, pas de temps de préparation et donc pas de possibilité d’être financé en amont. Il faudrait tout improviser sur une durée indéterminée. Pour moi habituée à repérer, écrire et préparer, c’était un plongeon dans l’inconnu. Mais j’ai décidé de le tenter et de laisser de côté toutes mes activités pour me consacrer à ce récit.

 


C’était ma façon de participer et de m’engager. Il faut dire aussi que je retrouvais à Nuit debout, une problématique qui m’obsède comme citoyenne et qui fait le cœur de mon cinéma depuis 25 ans : comment construire quelque chose ensemble tout en considérant chacun dans sa singularité? Comment réinventer le collectif ?

Cette question résonnait de mille manières à Nuit debout. Rapidement j’ai choisi de l’aborder à travers ce qui faisait le cœur battant de ce mouvement,  la parole et sa circulation, c’est à dire concrètement  l’assemblée et la commission qui avait en charge son fonctionnement. Comment parler ensemble sans parler d’une seule voix?  Telle était une des questions de Nuit Debout, telle serait la question du film.

 

Sélection dans les Festivals

FestFIlmMaker de Milan (Italie)
Festa do cinema frances à Lisbonne (Portugal) 
Festival de Cannes/Acid
Festival Résistances de Foix
États généraux du documentaire de Lussas

Après des études de cinéma à l’IDHEC, Mariana Otero se découvre une passion pour le documentaire. Elle réalise plusieurs films pour Arte dont La loi du collège  qui deviendra le premier feuilleton documentaire de la chaîne. Puis elle se tourne vers le cinéma avec notamment Histoire d’un secret  primé dans de nombreux festivals internationaux et « Entre nos mains » nominé aux César. 

En 2013, elle réalise  A ciel ouvert,  un film qui permet de comprendre la vision singulière du monde d’enfants psychiquement et socialement en difficulté. En prolongement du film, elle écrit avec Marie Brémond le livre A ciel ouvert, entretiens. En 2017, elle finit la réalisation de L’Assemblée, un film tourné pendant Nuit debout, qui montre comment les gens sur la place de la République à Paris s’essayent à la réinvention de la démocratie.

Par ailleurs, elle a enseigné aux Ateliers Varan dont elle est membre depuis 2000, à la Femis, à l’université de Jussieu,  au Creadoc (Université de Poitiers/ Angoulême) où elle a été responsable du Master 2 Documentaire de Création pendant six ans (2006-2012), à l’ECAL (Lausanne) etc… Elle est membre de l’Acid dont elle a été co-présidente de 2010 à 2012.


Filmograghie sélective

 

2017 : L’Assemblée (Documentaire, 98’)

2013 : A ciel ouvert (Documentaire, 110’)

2010 : Entre nos mains (Documentaire, 90’)

2003 : Histoire d’un secret   (Documentaire, 90’)

1997 : Cette télévision est la vôtre (documentaire, 60’)

1994 : La loi du collège (feuilleton documentaire, 6 épisodes de 28’)

1991 : Non-Lieux (75’ documentaire, co-réal A.Rojo.)

 

 

 

Tous debout avec Mariana Otero Cannes 2017- Une interview avec Universciné

La presse en parle…

« L’Assemblée envisage la parole comme une chose vivante, incarnée dans des corps, et qu’il est encore possible de remodeler, à travers des gestes ou des tentatives originales pour la faire circuler… »   Laura Tuillier – LES CAHIERS DU CINÉMA 

« Dans L’Assemblée, Mariana Otero a fait de la parole, de ses envolées et de ses bégaiements, le personnage principal d’un documentaire enthousiasmant. »   Sonya Faure – LIBÉRATION 

« Un doc passionnant car narrant une double utopie : réinventer en trois mois une autre manière de faire de la politique et embrasser un tel mouvement en un film d’1h40. »   STUDIO CINE LIVE